Ancien presbytère de la cathédrale : consultation ou manipulation?

Le maire de Perpignan a lancé une consultation sur l’avenir de l’emplacement laissé libre par la destruction (précipitée) de l’ancien presbytère de la cathédrale.

Nous avons le choix entre la construction d’un espace touristique et l’aménagement d’une place méditerranéenne.

Une consultation dont le résultat est connu d’avance. Une écrasante majorité de Perpignanais préfère une place à un immeuble à l’esthétique très incertaine (voir le nouveau conservatoire). Surtout à côté de la cathédrale.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Alors pourquoi cette consultation ?

Simplement pour sortir Jean-Marc Pujol du pétrin dans lequel il s’est mis en décidant la destruction de l’ancien presbytère et son remplacement par un bâtiment moderne. La première étape du projet s’est heurtée à de vives réactions. Celles de Clotilde Ripoull et de personnalités compétentes en matière de patrimoine. Un vent de contestation qui annonce la tempête qui s’abattrait sur la Loge si la construction de « style contemporain » ne faisait pas bon ménage avec la cathédrale et la remarquable place Gambetta.

En refilant le bébé aux habitants, Jean-Marc Pujol se débarrasse du problème. Et si les Perpignanais ne sont pas content, il leur répondra qu’il n’a fait que réaliser leur choix. Car le maire sait que la solution « place méditerranéenne » ne va pas sans poser de problèmes. Il suffit de se rendre sur place pour s’en rendre compte. Un mur de 4 étages vous saute aux yeux.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Certes, l’image de présentation du projet nous le montre, avec beaucoup de recul, revêtu de fenêtres végétales qui ont vocation à atténuer son austérité. Mais ce n’est qu’une image fabriquée pour être flatteuse.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il est regrettable que la première consultation de la population qu’organise Jean-Marc Pujol depuis qu’il est maire ne soit finalement qu’une piètre opération de communication.

Fabrice Thomas

contact : c.politique@orange.fr

Publicités

Revue de presse (1 mai)

De Mach en pis !

Daniel Mach était, hier encore, sarkozyste. Sarkozyste à 100%. Aujourd’hui tenant meeting avec Jean-François Copé, le maire de Pollestres, secrétaire départemental des Républicains a fait une longue déclaration d’amour au candidat à la primaire qui se présente en champion de la droite décomplexée. Des complexes, Jean-François Copé n’en a, il est vrai, pas beaucoup. Rappelons qu’il était l’ami de Ziad Takkieddine, l’homme d’affaires intermédiaire dans plusieurs gros contrats d’armements qui sont autant d’affaires politico-financières, Karachi, ventes des frégates à l’Arabie Saoudite puis ventes d’armes à la Lybie avec, à chaque fois, des retro-commissions pour la droite. Le député-maire de Meaux a sans doute mis au fond d’un tiroir la Rollex que l’ami Ziad lui offrit pour son anniversaire. Copé était également l’ami des deux dirigeants de Bygmalion. Voila l’homme, qui plus est avocat d’affaires, qui veut restaurer la morale et l’autorité.

Aux Républicains si tout le monde est d’accord pour accueillir dans les P-O tous les candidats à la primaire pour la présidentielle de 2017, beaucoup ne comprennent pas que Daniel Mach ait déroulé le tapis rouge devant ce politicien dont le comportement a poussé à l’écoeurement nombre d’adhérents et d’électeurs qui se sont tournés vers le FN.

CopeTakieddine[1]

Pujol pète les plombs !

Le dérapage de Jean-Marc Pujol sur les compteurs Linky a fait du bruit. Pas parce qu’un journaliste de l’Indép en a été témoin, mais parce que pour une fois un journaliste de notre quotidien a rapporté des propos pour le moins déplacés. Ça fait quand même quelques temps que les observateurs de la vie politique locale ont remarqué que le maire de Perpignan est désinhibé et qu’ils se posent des questions sur les causes de ce comportement. Problème de « menté sentale  » comme aurait dit Christian Bourquin ? Effets secondaires d’un traitement médicamenteux ? Sentiment de liberté à l’approche de la fin de sa vie politique ? Le fait est, qu’en privé, comme en public, Jean-Marc Pujol est incapable de retenir des bourdes et des propos excessifs souvent peu cohérents.

PS : Jean-Marc Pujol a lors d’une réunion publique déclaré : « L’Allemagne a peut-être refusé l’installation des compteurs Linky, mais à côté de ça, ils envoyaient des gens dans les chambres à gaz. Les allemands sont excessifs en tout. » Dans un communiqué consacré à sa « regrettable maladresse », le maire de Perpignan écrit : « C’est une sottise sans nom ». Au bout de combien de sottises sans nom Jean-Marc Pujol jugera-t-il nécessaire de remettre sa démission ?

PO comme Position Opportuniste

« Un socialiste ça ose tout et c’est à ça qu’on le reconnaît » pourrait dire Hermeline Malherbe. La présidente du conseil départemental a écrit à la présidente de la région pour que  » Pays Catalan  » figure dans le nom que la région va adopter. Soit tout le contraire de ce qu’elle a fait ici. C’est elle qui quand elle est devenue présidente du Comité départemental du tourisme a enterré le Pays Catalan cher à Bourquin pour le remplacer par P-O, oui P-O et Pyrénées-Orientales.

Ci-dessous un des visuels de la campagne pour les P-O, Pyrénées-Orientales en 2013-2014.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Madame Malherbe tient beaucoup à ce P-O vide de tout sens. Ce P-O qui comme notre présidente est tiède, inodore et sans saveur. Elle reprend ce nom de P-O dans la campagne de communication qui s’affiche actuellement pour les rencontres départementales et nous proposent « Parlons P-O » et « Agissons P-O ».

IMG_3039

Fabrice Thomas

contact : c.politique@orange.fr