Aliot : du risque d’élire un député hors sol

Mercredi matin, France Bleu Roussillon a organisé un débat entre les deux candidats encore en lice sur la 2 ième circonscription, Louis Aliot et Christine Espert.

Le journalisme a commencé par demander aux candidats : « Pourquoi voulez-vous être député ? »
Voici la réponse donné par le représentant du FN : « Parce que le parlementaire depuis déjà longtemps, depuis la Révolution, c’est celui qui défend la nation. Il siège au Palais Bourbon pour défendre la nation et pas pour servir de conseiller général sur des questions éminemment locales sur lesquelles il a peu de prises. C’est une élection nationale. »

Voilà une réponse qui nous éclaire sur la vision que Louis Aliot a de l’exercice d’un mandat de député. A lui la grande politique au Palais Bourbon et aux conseillers généraux et autres élus locaux les problèmes du territoire. Présent à 10 réunions sur 24 du conseil municipal de Perpignan depuis l’élection de 2014, Louis Aliot avait déjà montré le peu d’intérêt qu’il portait à son mandat local. Et quand il est présent c’est pour faire des interventions purement politiques et idéologiques qui révèlent sa méconnaissance des dossiers. Parce que tout ça Louis Aliot ça ne l’intéresse guère . Et on le comprendrait presque. Il n’habite pas ici. Il ne travaille pas ici.

le pen aliot

Certes un député siège au Palais Bourbon où il travaille à l’élaboration des lois. Mais le père de la constitution de la 5 ième République a voulu que les députés soient élus dans des circonscriptions constituées à partir du découpage cantonal afin que les législateurs ne soient pas coupés des territoires et des habitants. Et si, dans une grande ville, le député peut ne pas s’intéresser beaucoup aux problèmes de sa circonscription. Il en va tout autrement en milieu rural où l’on a très souvent besoin de l’appui, du soutien du député. C’est d’autant plus important dans les territoires qui soufrent comme ici. Dans les P-O, on attend d’un député qu’il s’implique fortement sur un grand nombre de dossiers. Henri Sicre a, pendant ses quatre mandats sur la quatrième circonscription participé à l’élaboration et au portage de dizaines de projets. Tous ses collègues n’ont pas eu une activité aussi débordante, mais aucun n’a jamais considéré que les problèmes locaux n’étaient pas de son ressort. C’est une première. On se demande si Louis Aliot a pesé ses mots. Il est vrai qu’il lui fallait d’abord justifier qu’il n’était jamais là et que demain il ne le serait pas davantage.

Christine Espert est tout le contraire de Louis Aliot. Ce n’est pas une professionnelle de la politique. Ingénieur, elle travaille et vit ici. C’est comme on dit, quelqu’un qui a la tête bien faite. Et pour ce qui est de sa familliarité avec les problématiques locales, il n’est pas certain qu’il y ait dans notre département dix personnes qui les connaissent aussi bien qu’elle.

Fabrice Thomas

Contact : c.politique@orange.fr

Publicités