Pour que la France reste la France

Dans ce que nous propose un homme politique, on n’est pas obligé de tout approuver ou de tout rejeter. J’apprécie tout particulièrement chez Manuel Valls son engagement en faveur de la laïcité. Un engagement que je pense sincère et profond. Car s’il était seulement guidé par de l’électoralisme, il aurait mieux valu qu’à l’instar de Benoît Hamon, il défende une laïcité soft qui fait semblant d’ignorer l’emprise du fondamentalisme sur une partie importante des populations musulmanes. Qu’il est facile comme l’a fait Benoît Hamon face à son adversaire de proclamer que les femmes qui portent librement le voile doivent être libres de le faire ! Cela alors que nous savons que le développement de cette pratique accompagne l’essor de l’intégrisme islamique. Pour un humaniste, qu’il soit de gauche, de droite, du centre ou d’ailleurs, l’infériorisation de la femme n’est pas acceptable.

La laïcité n’est pas, comme la présente Benoît Hamon, de façon restrictive, la séparation de l’église et de l’état. C’est avant tout une vision de l’individu libre de ses choix philosophiques. La liberté, l’égalité et la laïcité tels que Manuel Valls les articulent sont notre seul corpus politique pour contrecarrer le fondamentalisme musulman et empêcher que demain plusieurs millions de personnes vivent dans ce pays en y étant étrangères parce qu’on leur aura imposé les mœurs des intégristes musulmans. Et cela se sera fait avec la complicité de tous les élus de droite et de gauche qui auront fait passer leur élection avant les valeurs de la République. Avant la liberté, l’égalité, la fraternité et la laïcité.

Manuel Valls défend aujourd’hui avec courage une conception qui n’est pas majoritaire.. Mais j’espère que l’avenir donnera raison au seul homme politique qui a fait des valeurs de la République et de la laïcité un combat pour que la France reste la France

 

Fabrice Thomas

Contact : c.politique@orange.fr

Publicités