La patronne du bar Le Cassanyes victime du Petit Journal

Faire du sensationnel et de la provocation. C’est manifestement le choix que la direction du Petit Journal a fait, depuis quelques semaines, pour relancer les ventes de l’édition des Pyrénées-Orientales.

La une « A quoi servent les Gitans ? » a suscité de légitimes réactions de la communauté Gitane qui ont été largement relayées par la presse. Coup de com réussi. Quelques jours plus tard il était difficile de trouver un exemplaire du Petit Journal.

Le vendredi suivant Le petit Journal titre à la une : « Les Martiens veulent lui prendre son café »

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La légende de la photo indique : « Anouchka, propriétaire du café Cassanyes depuis 40 ans, vient de déposer plainte contre un Martien qu’elle accuse de vouloir la contraindre à vendre son café. »

« Martiens » ? A la lecture de l’article non signé auquel la une renvoie on comprend vite qu’il faut remplacer Martiens par Maghrébins ou par musulmans. Même si l’auteur, probablement pour se protéger de poursuites pour propos racistes écrit : « Alors, non les martiens ne sont pas plus musulmans que vous et moi. Ils ne sont pas non plus maghrébins ou autre chose. »

Voici quelques extraits qui montrent qu’il n’y a pas d’autres choix que de lire maghrébins ou musulmans.

« Aujourd’hui encore lorsque les Martiens, en robe spatiale et mal rasés s’approchent de ses clientes assises en terrasse afin de leur intimer l’ordre de cesser de boire de l’alcool en plein air devant tous les bons martiens qui chouffent aux alentours… »

Titre au milieu de l’article : « Place Cassanyes : sept salons de thé arabe et sept boucheries hallal. »

« Sur cette place Cassanyes tant aimée, Anouchka est devenue pour l’Empire comme une verrue. On ne peut pas dire autrement. Surtout qu’avec la “grande licence“ qui lui reste, elle personnifie ici le règne impie de l’alcool. »

« Mais la patronne du Floréal, sa presque sœur, qui l’avait accueillie avec tant d’amitié protectrice en 1974, a finalement lâché sa boutique à un Martien il y a six ans. » Le Floréal a été racheté par un Maghrébin.

Anouchka est effondrée : « Si vous saviez comme je suis malheureuse. On me fait passer pour ce que je ne suis pas. Beaucoup de choses sont vraies mais complètement déformées.

Ainsi l’auteur anonyme écrit : « Dès le début de l’invasion subtile, elle s’est battue contre eux physiquement et elle a même pris un coup de pied au bas-ventre qui lui a nécessité une greffe ! » La réalité est bien différente. Elle a été frappée par un client à qui elle avait refusé de servir de l’alcool. Un client qui n’était ni maghrébin, ni gitan.

Anouchka rejette catégoriquement l’image de résistante à l’invasion musulmane que lui fait l’article : « J’ai d’ailleurs une clientèle maghrébine. » Et ce n’est pas parce qu’elle a rencontré des difficultés avec quelques personnes qu’elle va se mettre à accuser tous les maghrébins.

La patronne du Bar Cassanyes est en colère et elle met en cause le manque de déontologie du Petit Journal car l’article comme les photos où elle apparaît ont été fait à son insu. Elle se souvient d’une discussion récente avec une personne qui s’était montrée curieuse mais elle ne s’était pas présentée comme journaliste.

Fabrice Thomas

Contact : c.politique@orange.fr

Publicités