Alain Ferrand candidat aux cantonales par procuration

Après l’épouse Ferrand, voici la fille Ferrand, Mais c’est toujours Alain qui tire les ficelles. Quel responsable de l’UMP va oser justifier cette candidature ? Avec quels arguments ?

Mathilde Ferrand, 23 ans, n’est pas enthousiasmée, sa mère non plus d’ailleurs. Mais papa pousse et l’UMP ne s’est pas fait prier pour donner l’investiture. Et l’UDI cautionne à 100%. Ce qui donne un tandem avec Alain Got, maire UDI de Saint-Laurent-de-la-Salanque.

Comment l’UMP qui a fait avec l’UDI un casting qui tient plutôt la route avec un chef de file de qualité, Jean Castex, peut-elle se mettre un tel caillou dans la chaussure ? Par calcul électoral bien sûr. Ils considèrent que le tandem Ferrand-Got a de bonnes chances de gagner le canton. La fin justifie les moyens. Il ne faudra pas s’étonner que le FN serve et resserve, avec un certain succès son discours sur les magouilles électorales. Le FN ne peut qu’apprécier. Mais il se gardera toutefois d’entrer dans les détails, car en matière de népotisme, le parti d’exrême-droite est orfèvre.

Le PS pourrait normalement tirer argument de cette situation pour mobiliser un électorat qui a le moral en berne. Mais son candidat, José Puig, Modem siégeant dans la majorité de gauche du conseil général, va avoir du mal à être crédible en adversaire de Ferrand alors qu’il s’affiche depuis des années comme son allié et grand ami.

A Saint-Laurent-de-la-Salanque, le choix du maire est largement incompris. Jusqu’au sein de sa majorité municipale. Et nombre d’élus de villages de la Salanque n’apprécient pas l’alliance de Got avec Ferrand.

Si Alain Ferrand est maître (toutefois fort contesté) dans sa commune du Barcarès, il n’a pas une très grosse côte d’amour sur la Salanque. Et si ce rejet s’exprime à nouveau, le FN pourrait profiter de la situation. De quoi auront l’air les dirigeants de l’UMP si leurs calculs aboutissent à faire élire deux conseillers départementaux FN sur la Salanque ?

Le Tous pourris on le sait, alimente fortement le vote FN. Pour ralentir, voire freiner la progression du parti Lepéniste il est indispensable de restaurer un minimum d’éthique en politique. Ce n’est hélas pas le chemin que choisit l’UMP des P-O.

Fabrice Thomas

PS : Extrait de la déclaration de Bruno Le Maire après l’élection du président de l’UMP : « Je refuse de parier sur les difficultés de la gauche, je parie sur la capacité de la droite à se réinventer. Ceux qui pensent que le pouvoir est à portée de main parce que la gauche échoue se trompent. Nous ne devons pas gagner par défaut, mais par la force de notre projet. Faute de quoi nous continuerons à subir la flambée du Front national partout en France. » Celui qui, depuis quelques années maintenant prône une révolution démocratique a recueilli 30% des suffrages des adhérents. Même à l’UMP les idées avancent.

Contact : c.politique@orange.fr

Publicités