Obsèques de Christian Bourquin : Cresta pouvait rentrer de Cuba a temps !

L’absence de Jacques Cresta aux funérailles de Christian Bourquin a été beaucoup commentée (sauf par la presse) et elle demeure incomprise. Le 14 septembre, lors de la fête de la Rose, prenant la parole en tant que premier secrétaire de la fédération du PS, Jacques Cresta a rendu un vibrant hommage à Christian Bourquin et il s’est justifié :

« Ce rendez-vous je l’ai manqué. A 8000 Km de là, j’ai été dans l’impossibilité d’avoir des places dans le seul avion qui aurait pu nous ramener, Josy et moi pour être à vos côtés pour son hommage solennel. Sans possibilité même de voir ses obsèques sur Internet. C’est une terrible meurtrissure que je porterai longtemps, mais la vie est ainsi faite et je l’accepte. »

Jugeant sans doute son explication peu convaincante, Jacques Cresta a ensuite eu recours à un procédé de rhétorique afin de se présenter en victime de la rumeur : « D’autant plus meurtri que certains ont sous-entendu que je n’ai pas voulu raccourcir mes vacances. D’aucuns m’ont même vu à Rosas, à la terrasse d’un café, d’autres m’ont vu dans l’Ariège et d’autres encore à Montpellier. Mais je sais que parmi vous, personne n’a pensé cela, ou voulu le croire, quoique ! »

Ce « quoique » s’adresse t-il aux grands élus du PS qui n’ont pas cru une seconde que Jacques Cresta avait été dans l’impossibilité matérielle d’être présent à la cérémonie des adieux à Bourquin ?

Puis il justifie son explication tardive : « Mais je n’ai pas souhaité réagir car ma vie privée ne regarde que moi. »

« Vie privée » ? Le député est manifestement mal à l’aise.

Le décès de Christian Bourquin a été annoncé mardi 26 août dans la matinée et les obsèques se sont déroulées le vendredi 29 août.

Jacques Cresta déclare qu’il n’a pas eu de place dans le seul avion qui pouvait lui permettre de rentrer à temps.

Nous avons consulté un voyagiste. Il nous a donné plusieurs informations intéressantes. En été, Air France a un vol quotidien pour La Havane. D’autres compagnies desservent quotidiennement Cuba à partir de Madrid et Barcelona. Il était également possible de prendre un vol pour n’importe qu’elle capitale européenne et ensuite de prendre une correspondance pour Paris, Marseille ou Montpellier. Ce professionnel du voyage nous a déclaré que si on l’avait sollicité il aurait sans problème fait revenir le couple Cresta avant les obsèques.

Nous avons par ailleurs appris que si Jacques Cresta s’était rapproché des agents d’Air France à La Havane en se faisant connaître comme député, même si l’avion avait été complet il aurait pu, avec son épouse, voyager sur un fauteuil technique. Soit derrière les pilotes, soit avec le personnel de cabine.

Mais pourquoi Jacques Cresta n’aurait-il pas immédiatement interrompu ses vacances pour se rendre aux obsèques de son mentor, de celui à qui il devait tout ?

Le 23 juillet, lors du vote à l’Assemblée Nationale de la loi sur la fusion des régions, le dernier grand combat de Christian Bourquin, Jacques Cresta s’est abstenu. Un vote que Christian Bourquin a considéré comme une trahison et auquel il aurait réagi violemment.

Fabrice Thomas

Contact : c.politique@orange.fr

Publicités