Merci pour ce moment de lecture

Editorialistes, chroniqueurs, animateurs d’émission, humoristes, ils ont tous, à des rares exceptions près, flingué Valérie Trierweller. A une autre époque ils l’aurait accompagnée jusqu’au bûcher. Pourquoi tant de haine ? Elle est accusée de gagner de l’argent en accomplissant une basse vengeance qui déconsidère la fonction présidentielle.

Tous ces marchands de vertu n’ont-ils pas manqué un épisode ?

Un journaliste qui a vu entrer l’homme casqué dans l’immeuble où réside Julie Gayet a déclaré qu’il avait immédiatement reconnu la silhouette du chef de l’Etat. Bref, le Tout-Paris faisait ses choux gras de l’aventure de Hollande avec une actrice.

Et ce dernier n’a pas une seconde pensé qu’un Voilà ou un Voici ne laisseraient pas échapper un aussi gros scoop !

Et ce dernier n’a pas perçu que la révélation de cette liaison serait déplorable pour son image !

Et ce dernier n’a pas imaginé que ses frasques créeraient de gros problèmes dans son couple !

Et ce dernier ne s’est pas douté que la femme, la journaliste qu’il allait humilier publiquement lui renverrait l’ascenseur en écrivant un livre !

Un homme ça s’empêche. Surtout quand cet homme est président de la République. Surtout quand ce président de la République arrive après Sarkozy et qu’il a promis d’assurer la fonction avec dignité.

Sans les inconséquences de Hollande, il n’y aurait pas eu le livre de Trierweller.

Bien sûr que l’ex première dame de France est remontée contre son ex. Mettez-vous une seconde à sa place. Vous ouvrez L’Indépendant et vous tombez sur une photo montrant votre conjoint ou votre conjointe rejoignant sa maîtresse ou son amant. Vous êtes trompés et en plus vous l’êtes publiquement ! Il n’y a pas beaucoup de gens qu’une telle situation ne bouleverseraient pas.

Ce livre n’est pas, comme certains le prétendent, indigne d’être vendu chez les libraires, ni indigne d’être chroniqué.

Au delà des motivations de son auteur Merci pour ce moment attire par ce qu’il raconte une histoire hors normes et que l’on sait que l’on va y trouver un portrait de celui qui dirige notre pays. Un portrait écrit par une femme et une journaliste qui a passé 7 ans dans son intimité. Dit-elle vrai ? C’est la grande question. Certains le penseront, d’autres pas.

Fabrice Thomas

PS : le responsable du Monde des livres, Jean Birnbaum, n’a pas hésité à accuser Valérie Trierweiller de haute trahison littéraire : « S’il suscite la tristesse et l’écœurement, ce n’est ni par son niveau littéraire ni par son contenu politique, mais parce qu’il fonde son succès marchand sur la trahison d’une valeur. Car la valeur du livre, comme objet mais aussi comme tradition, tient au fait qu’on y dépose une espérance au long cours, une fidélité maintenue. Or, avec Valérie Trierweiler, le livre n’est plus un engagement qui dure, mais une vengeance précipitée. Le coup porté au texte et à son éthique est d’autant plus ravageur qu’il engage les sommets de l’Etat. » Tout ce qui est excessif est vain.

PS : La Crème Catalane n’est pas encore prête. Elle sera servie quand la recette sera parfaitement maîtrisée. Réaliser le numéro 1 d’un journal c’est un an de travail. Un an de réflexion, d’hésitation, de remise en question et d’avancées pour atteindre l’objectif fixé. Nous sommes à présent près du but et la date de sortie approche. Crème Catalane arrivera en octobre chez les diffuseurs de presse du département.

contact : c.politique@orange.fr

Print

Publicités