Occident : le coup bas de Louis Aliot

Louis Aliot use avec récurrence d’un procédé qui consiste à jeter à la tête de ses adversaires des accusations qui lui sont habituellement destinées. Ainsi, jeudi matin lors du débat organisé par France Bleu Roussillon et L’Indépendant, Louis Aliot, citant un article de La Croix a dit que Jean-Marc Pujol avait été membre du groupe d’extrême-droite Occident. Le maire sortant a nié et a expliqué que son premier engagement politique avait été auprès de Giscard d’Estaing.

Louis Aliot est homme habile. Son message est destiné à l’électorat de gauche à qui, implicitement, il dit qu’ils ont le choix entre deux hommes qui ont des références à l’extrême-droite. Il ne pouvait rien trouver de mieux pour semer le doute, l’hésitation dans l’esprit des électeurs de gauche. La rumeur fera des dégâts. Peut-être limités. Mais elle en fera.

Le procédé est bien sûr malhonnête. Mais ce n’est pas ce que l’on retiendra. La rumeur attribuant à Jean-Marc Pujol un passé d’extrême-droite va repartir de plus belle et atteindre de nouveaux publics.

Si Jean-Marc Pujol avait été membre du groupe Occident, Louis Aliot n’aurait pas sorti un extrait de presse. Il aurait brandi un, deux, trois témoignages écrits d’anciens membres d’Occident assurant qu’ils avaient milités avec Jean-Marc Pujol. Et Louis Aliot était mieux placé que personne pour obtenir ces preuves.

Le coup bas est arrivé dès le début du débat. Et à sa voix chevrotante, on a senti que Jean-Marc Pujol avait été atteint. Comment se défendre d’une telle accusation ? Peut-être en exigeant d’autres preuves qu’un article de presse qui affirme sans citer aucune source. Il est vrai que le maire sortant est moins familié des studios que son adversaire.

Louis Aliot a réussi à extrême-droitiser son adversaire. Il doit se frotter les mains !

Dommage que le maire sortant ait manqué de ressort. Il aurait pu en retour interroger Louis Aliot sur la personnalité de son bras droit, Xavier Baudry. Un homme dont on parle beaucoup dans les coulisses de la campagne. Il est directeur de campagne et numéro 5 sur la liste RBM. En cas d’élection, il serait maire-adjoint à la sécurité et donc le patron de la police municipale. Personne ne connait Xavier Baudry sauf dans les milieux d’extrême-droite de Perpignan. Il y est présenté comme un radical, un dur, un nostalgique. Xavier Baudry s’est, auprès de personnes de sa mouvance, prévalu d’avoir été membre du GUD (Mouvement radical et violent). Il est un pilier de la branche perpignanaise de la Fraternité Saint-Pie X. Groupement catholique traditionnaliste (intégriste) dont les liens avec l’extrême-droite ne sont plus à démontrer. Selon plusieurs témoignages il a pris du galon en amenant des colistiers. Ce qui a rendu un grand service à Louis Aliot qui peinait à en trouver 55.

Fabrice Thomas

c.politique@orange.fr

Publicités