Perpignan : trois têtes de liste ont signé la charte d’Anticor

Jean-Marc Pujol, Jean Codognès et Clotilde Ripoull ont signé la charte d’Anticor pour les municipales : « Les engagements de cette charte ont valeur de contrat de mandat pour les parties signataires : le candidat tête de liste s’il est élu maire et l’association Anticor. (Voir plus bas, le texte intégral de la charte).

Le premier de ces engagements concerne le cumul des mandats : « Le candidat tête de liste signataire s’engage à ne pas cumuler plus d’un mandat électoral et d’une fonction exécutive. Cet engagement ne concerne pas les fonctions qui relèvent de la participation de la commune à une intercommunalité. »

On comprend donc que Jacques Cresta qui veut cumuler la mairie et l’Assemblée Nationale ne soit pas signataire. C’est bien dommage car la charte comporte huit autres engagements dont la mise en pratique va fortement améliorer la transparence, le contrôle, le renforcement de l’exigence de probité et la démocratie si un des signataires s’installe à la mairie.

On nous dira qu’il arrive que les engagements pris pendant la campagne soient oubliés après l’élection. Les groupes locaux d’Anticor et particulièrement celui des P-O devront veiller à ce que les engagements soient tenus par le prochain maire de Perpignan. On pourra sans doute aussi compter sur les élus de l’opposition dont le rôle sera d’ailleurs mieux reconnu. Et la charte indique : « Le signataire déclare être informé de ce qu’il engage sa responsabilité contractuelle et que l’Association pourra agir en justice en cas de violation de ces engagements. »

L’activité d’Anticor montre qu’à tous les niveaux de la vie publique, et en particulier au niveau local, il est possible de s’engager concrètement pour moraliser et démocratiser le fonctionnement des collectivités territoriales. Et cela sans attendre des lois… Il faut se féliciter de l’engagement pris par ces trois candidats. Leur choix est loin d’être totalement partagé par tous les politiques.

Dans son premier journal de campagne Clotilde Ripoull a mis l’accent sur ses engagements étiques et sur la signature de la charte d’Anticor. Jean Codognès a diffusé un tract titré : « Des élus irréprochables c’est possible ». Il propose une charte déontologique qu’il ferait voter dès le premier conseil municipal s’il était élu maire. Il ne fait toutefois pas référence à Anticor. De son côté Jean-Marc Pujol a fait signer à chacun de ses colistiers une déclaration qui a valeur d’engagement et dans laquelle on lit : « Par ailleurs, je suis informé que Monsieur Jean-Marc Pujol a signé la charte Anticor 2014, et que de ce fait la rédaction du futur règlement intérieur du conseil municipal de la ville de Perpignan tiendra compte de cette charte qui oblige son signataire à des comportements prudentiels précis, pour exemple parmi d’autres : la mise en place d’une commission d’éthique indépendante comprenant des membres de l’opposition et des citoyens ; d’une commission des finances dont la présidence est réservée à un membre de l’opposition ; d’une commission chargée des attributions de subventions ouverte à des citoyens etc. »

Dans notre département c’est la première fois que ces questions occupent une telle place dans une campagne électorale. Ce n’est qu’en allant dans cette direction que nous sortirons notre démocratie de la crise profonde dans laquelle elle est plongée.

Ce ne sont que les premiers pas. Mais pour aller plus loin, il faut aussi, et surtout, que les citoyens les soutiennent.

Fabrice Thomas

c.politique@orange.fr

Autres têtes de liste signataire de la charte d’Anticor : Yvan Naya au Barcarès, Jean Jouandet à Saint-Cyprien et Jean-Michel Erre à Saleilles.

ÉLECTIONS MUNICIPALES

CHARTE ANTICOR 2014

L’association Anticor agit dans le respect des règles fondamentales de la République, définies notamment dans le préambule et dans l’article 1er de la Constitution de 1958 qui dispose : “La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion”.

Les engagements de cette charte ont valeur de contrat de mandat pour les parties signataires : le candidat tête de liste s’il est élu Maire et l’association Anticor.

Engagements du candidat tête de liste signataire pour son mandat de Maire :

1) Non cumul et limitation des mandats et des fonctions exécutives
Le candidat tête de liste signataire s’engage à ne pas cumuler plus d’un mandat électoral et d’une fonction exécutive. Cet engagement ne concerne pas les fonctions qui relèvent de la participation de la commune à une intercommunalité.

2) Bonnes pratiques de gestion
Le candidat signataire s’engage à veiller à la formation de l’ensemble des élus du Conseil municipal, notamment sur l’élaboration et sur le contrôle du budget, la passation des marchés publics, l’exécution des délégations de services publics.
Il s’engage à rendre public le nombre des emplois de cabinet et leur coût total.

3) Transparence
Le candidat signataire s’engage à mettre en ligne sa déclaration d’intérêts.
Il s’engage à mettre en ligne les tableaux des indemnités des élus en euro prévus par l’article L2123-20-1 du Code Général des Collectivités Territoriales pour ce qui est de la commune, et pour ce qui est de la communauté de communes et de tous les syndicats intercommunaux.
Il s’engage, à mettre en place une commission éthique indépendante, comprenant notamment des membres de l’opposition et des citoyens, à laquelle il ne participera pas lui-même. Récipiendaire des déclarations d’intérêts privés et associatifs des élus, comme cela sera prévu par le règlement intérieur, elle indiquera avant chaque Conseil municipal si des élus doivent s’abstenir de participer au débat et au vote de certaines délibérations pour ne pas être en conflit d’intérêts.
Il s’engage à demander et à publier l’avis préalable de cette commission sur tout retrait de fonction ou de délégation.

4) Reconnaissance de l’opposition
Le candidat signataire s’engage à ce que les élus de l’opposition soient représentés dans toutes les commissions, les conseils d’administration, les organismes et structures financés par la commune.
Il s’engage à mettre en place une commission des finances dont il proposera la Présidence à un élu de la minorité.

5) Participation citoyenne
Il s’engage à mettre en place une Commission Consultative des Services Publics Locaux, comme le prévoit le C.G.C.T. pour les communes de plus de 10 000 habitants (Article L1413-1). Il s’engage à rendre public le rapport annuel de cette commission.
Il s’engage à mettre en place une Commission de contrôle financier comprenant notamment des élus minoritaires et des citoyens, dans le respect de l’article R2222-3 du C.G.C.T., et il s’engage à rendre public un rapport annuel des travaux de cette Commission.
Il s’engage à ce que dans toute commission, comité, conseil de quartier ou jury non réglementé, les personnalités qualifiées non-élues soient désignées par la majorité et par l’opposition au prorata de leur représentativité au conseil au municipal.
Il s’engage à ouvrir aux citoyens les travaux de la commission en charge de l’attribution des subventions qu’il s’engage à mettre en place.

6) Publicité des informations
Le candidat signataire s’engage à ce que, pour l’exécution des délégations de services publics et partenariats public-privé, la commission consultative des services publics locaux dispose de l’information nécessaire à la surveillance des coûts, des prix et de la qualité du service rendu et que ses membres bénéficient d’une formation pour l’exercice de leur mission.
Il s’engage à mettre à disposition sur le site internet de la Mairie :
– les comptes-rendus des réunions de commissions municipales, dans le respect des obligations légales de confidentialité pour les commissions d’appels d’offres et d’urbanisme ;
– la liste détaillée des subventions attribuées ;
– les décisions de la juridiction administrative concernant la commune ;
– les rapports des Chambres régionales des Comptes sur la gestion de la collectivité ou de ses structures associées ;
– les rapports annuels des délégataires des services publics locaux ;
– les Plans Locaux d’Urbanisme ;
– les arrêtés publics du Maire ;
– le montant des sommes dépensées pour la communication annuelle, ainsi que celles allouées à l’opposition, avec un rappel des montants des années précédentes ;
– tous les budgets et comptes administratifs de la commune avec les ratios de gestion comparables avec ceux des années précédentes
Pour ces mises à disposition sur le site internet de la Mairie, Anticor recommande l’utilisation des formats libres et ouverts.
Le candidat signataire s’engage à suivre sans délai les avis de la Commission d’accès aux documents administratifs.

7) Traitement des atteintes à la probité
Au nom de l’exemplarité des élus, le candidat signataire s’engage à suspendre les fonctions exécutives et les délégations d’un élu mis en examen pour un délit d’atteinte à la probité dans l’exercice d’un mandat électif.
Il s’engage à retirer les fonctions et délégations de l’élu qui a fait l’objet d’une condamnation définitive pour un délit d’atteinte à la probité.

8) Prévention du trafic d’influence
Le candidat signataire s’engage à prévenir les pratiques d’influence visant à obtenir ou à modifier une décision de la commune.

9) Choix des organismes financiers
Le candidat signataire s’engage à considérer la transparence des organismes prêteurs comme un critère déterminant de son choix en ce qui concerne les emprunts de la commune, et notamment la publication annuelle de leurs activités pays par pays (nom des entités, chiffre d’affaires…).

En contrepartie, l’association Anticor s’engage à autoriser le candidat signataire à utiliser le logo “Signataire de la charte Anticor 2014″, dont il pourra faire usage dans le cadre de sa campagne des élections municipales de mars 2014 et, le cas échéant, dans le cadre de son mandat de Maire ; s’engage à promouvoir notamment sur son site, et le cas échéant sur son blog local départemental, la liste des signataires de cette charte.

– Le signataire déclare qu’il est candidat pour un premier mandat de Maire ou un unique renouvellement de celui-ci.
– Le signataire s’engage, s’il se trouvait à cumuler 2 mandats électifs après son élection en tant que Maire, à ne conserver qu’un seul mandat exécutif.
– Le signataire déclare sur l’honneur que son casier judiciaire ne comporte aucune mention de condamnation pour une infraction d’atteinte à la probité publique.
– Le signataire déclare être informé de ce qu’il engage sa responsabilité contractuelle et que l’Association pourra agir en justice en cas de violation de ces engagements.

Publicités