Le Barcarès : privée de ses droits civiques elle coupe le ruban tricolore en présence des présidents de la région et de l’université

photo Bourquin + couple Ferrand-2 copie

Cette photo a été envoyée à la presse par le Citoyen Barcarésien, groupe d’opposition au conseil municipal du Barcarès. Elle a été prise le 16 décembre lors de l’inauguration du centre de recherche des écosystèmes marins.

Vous reconnaissez la dame qui coupe le ruban tricolore ? C’est Joëlle Ferrand, ancienne maire du Barcarès. Elle a en juin 2011 été condamnée à 18 mois de prison avec sursis, 12 000 euros d’amende, 5 ans de privation de ses droits civiques. A sa droite son mari, Alain Ferrand, maire UMP du Barcarès, plusieurs fois condamné et mis en cause dans plusieurs affaires en cours d’enquête et d’instruction. A sa gauche, Christian Bourquin, président PS du conseil régional, lui aussi condamné et lui aussi un bon client des tribunaux.

Que les Ferrand s’assoient sur la République, ses valeurs et ses lois ne surprendra personne. Mais comment un président de région, un parlementaire peut-il cautionner, participer à une telle mascarade ? On pourrait poser la même question à Fabrice Lorente, le président de l’université de Perpignan.

Il faut se rendre à l’évidence, les Ferrand ne sont plus, depuis quelques temps déjà, les pestiférés de la scène politique locale. Ils sont même courtisés par le gratin politique. Par Bourquin le patron du PS et Calvet le président de l’UMP. Là encore l’électoralisme a fait des dégâts. Bourquin et Calvet ont vendu leur âme au diable pour récupérer et se partager les voix du Barcarès lors de l’élection sénatoriale de 2011.

Ces derniers font mieux que personne le lit de l’extrême-droite. Mais croyez-vous que cela les empêchera de venir bientôt vous dire qu’il faut faire barrage au FN ?

Il faut signaler que la première-adjointe au maire UMP du Barcarès est adhérente du Front National. Ce qui explique sans doute le silence du FN sur les pratiques des Ferrand.

Le pire c’est que ces mœurs de république bananière ne provoquent guère de réactions. Et de ce fait elles s’inscrivent dans le paysage comme quelque chose de normal. Pourtant, nombreux, très nombreux sont les habitants de notre département qui sont profondément allergiques à ces dérives. Certes, il manque un parti, une organisation pour porter leurs aspirations à plus de démocratie et de probité. Et puis il y a des hommes et des femmes qui font face. Au Barcarès, par exemple, l’équipe du « Citoyen Barcarésien » résiste courageusement au système en place et elle va tout faire pour convaincre la population de mettre fin au règne des Ferrand, en mars prochain, par la voix des urnes. Fabrice Thomas

PS : Alain Ferrand a été investi par l’UMP comme tête de liste aux municipales.

contact : c.politique@orange.fr

Publicités