Nous avons besoin de L’Indépendant !

Génial la nouvelle formule de L’Indep. Et bravo pour le numéro de lancement ! Très sympa ces dizaines de photos qui nous montrent des journalistes et des employés heureux. Tout le monde a la banane. Et c’est normal, « Nos audiences cumulées (journal papier, site internet et applications numériques) n’ont jamais été aussi fortes. » explique Philippe Campa, le directeur général délégué de notre quotidien régional.

C’est fabuleux !

L'Indep bouge

Les ventes de la presse papier et surtout celles de la presse quotidienne n’en finissent pas de reculer. Des bataillons de lecteurs abandonnent le papier et la presse payante.

Mais à L’Indep, tout va bien !

Dans les métiers de la presse, des rédactions au réseau de distribution en passant par les rotatives, le climat est morose. L’inquiétude est générale. Le moral est dans les chaussettes.

Mais à L’Indep, tout va très bien !

On est totalement dans l’ambiance d’une chanson à succès des années 1930. Tout va très bien madame la marquise, de Ray Ventura et ses Collégiens.

En réalité, ça va très mal. Et l’Indépendant n’est pas épargné. L’année 2013 ne sera pas meilleure que les précédentes et elle sera peut-être pire. Les ventes sont en recul de 7% et il est peu probable qu’elles se redressent beaucoup d’ici la fin de l’année.

C’est désolant !

Le matin à la boulangerie du quartier et quelque soit l’heure, il n’y a que des personnes âgées qui achètent L’Indépendant. Parmi les actifs, la grande majorité se passe de sa lecture.

Il faut regarder la réalité en face. Nos concitoyens se désintéressent de plus en plus de l’information locale.

C’est un drame ! Pour notre activité et plus encore pour la démocratie.

La création d’un club économique de L’Indépendant ou d’un wabc@fé de l’Indépendant va-t-elle servir à quelque chose ?

Ça fait plus de 20 ans que la presse régionale pause des cautères sur des jambes de bois. Toutes les fausses solutions ont été essayées. Il va bien un jour falloir s’occuper de l’essentiel. Le contenu des journaux, le traitement de l’information locale.

Le modèle rédactionnel qui a pendant plus de 100 ans fait la prospérité de la presse régionale ne fonctionne plus. Les lecteurs ne sont plus intéressés par un journal qui est un relais des pouvoirs et des institutions locales. Qui est un support de communication plus que d’information. Qui privilégie l’anecdotique et néglige le fond.

Pendant que la presse régionale attendait des jours meilleurs, la presse nationale : papier, radio, télé, internet, est devenue plus curieuse, plus indépendante. Et l’écart c’est creusé.

Il n’y a rien de plus difficile que de se remettre profondément en question. Mais c’est ça ou la poursuite du déclin.

Nous avons besoin d’un quotidien départemental qui réponde aux attentes de lecteurs devenus plus exigeants. Nous avons besoin d’un quotidien de qualité, d’un quotidien influent, d’un quotidien qui soit très lu.

Nous avons besoin de l’Indépendant, parce que l’information, c’est l’oxygène de la démocratie ! Fabrice Thomas

Publicités