Aliot : assistant parlementaire au salaire de ministre

5 006 euros brut par mois pour un travail à mi-temps (17 h 50 par semaine), Marine Le Pen paie royalement Louis Aliot, son compagnon, qui est un de ses assistants parlementaires.

Sur la base d’un temps plein, un ministre, qui travaille rarement moins de 12 heures par jour, perçoit une indemnité 9 940 euros brut.

Tous les assistants parlementaires européens sont-ils logés à si bonne enseigne ?

Nous avons commencé par interroger Guillaume Lopez, assistant parlementaire de Maïté Sanchez-Schmid, eurodéputée UMP. Il nous dit gagner 2 500 euros net par mois et qu’avec les primes son salaire moyen mensuel approche les 3 000 euros. Et cela pour un travail à plein temps.

Nous remercions Guillaume Lopez d’avoir sans hésitation répondu à notre question sur sa rémunération. Il a même précisé « Que c’était normal car c’était de l’argent public ».

Une réaction opposée à celle de Louis Aliot qui s’est permis de dire aux journalistes de Mediapart : « Je n’ai pas à répondre à ce genre d’argumentation qui relève de la Gestapo. »

Pour obtenir des réponses à ses questions, la Gestapo ne passait pas des coups de téléphone polis.

Marine Le Pen_0008

Nous avons poursuivi nos recherches sur le niveau de rémunération des assistants parlementaires européens.

Voilà ce qu’indique wikipédia : « Au Parlement européen… Si les salaires sont assez disparates d’un député à l’autre, et d’une nationalité à l’autre, on relève tout de même des régularités. Guère inférieure à 1 500 euros, la rémunération mensuelle s’élève fréquemment à 2 000, 2 500 euros. Les salaires les plus élevés (supérieurs à 3 000 euros) sont ceux des assistants les plus expérimentés. Dans un rapport rédigé en 2004, Sébastien Michon (IEP et université Marc-Bloch de Strasbourg) évoque une amplitude des salaires allant de 1 300 à 3 800 euros. »

Un confrère qui a été en poste à Bruxelles et à Strasbourg donne une fourchette qui va de 1 500 à 4 000 euros pour les assistants les plus expérimentés. Guillaume Lopez indique le même écart.

Il faut savoir qu’il y a deux catégories d’assistants parlementaires, ceux qui sont accrédités et qui travaillent au Parlement européen et les locaux, comme Guillaume Lopez et Louis Aliot.

Pourquoi le salaire de Louis Aliot pulvérise-t-il les usages en la matière ?

Il est regrettable que les rémunérations des assistants parlementaires européens ne soient pas encadrées. Cela aurait évité la dérive à laquelle le couple Aliot-Le Pen s’est livré. F.T.

contact : c.politique@orange.fr

Publicités