Elne : le couple d’élus harceleurs mérite l’opprobre

En première instance aux Prud’hommes à Perpignan, puis à la cour d’appel de Montpellier, les juges ont clairement considéré que Nadine Favre avait été victime de harcèlement de la part des dirigeants de l’association Elnavui. Un harcèlement destructeur qui a conduit cette femme à la dépression nerveuse, à des tentatives de suicide. Avec des paroles simples et bouleversantes elle a témoigné de son calvaire dans les colonnes de l’Indépendant du 5 juillet. Les auteurs de ces actes de cruauté pensaient probablement que l’affaire aurait peu d’écho et que, dans trois mois, elle serait oubliée. Mais L’Indépendant a mis à la une l’excellent article d’une demi-page de Laure Moysset. Quelques jours plus tard, Joan-Miquel Touron passe la deuxième couche dans Le Petit Journal . Un très bon papier. Et à en juger par toutes les réactions que nous avons entendu et celles qui nous ont été rapportées, l’affaire provoque un vif émoi. Voila ce qu’il en est quand la presse joue son rôle.

Une question revient souvent. Comment deux élus, Marcel Mateu, conseiller régional, vice-président du conseil général et sa compagne Brigitte Batlle, première adjointe au maire communiste d’Elne, ont-ils pu, pendant des mois, broyer froidement Nadine Favre, employée depuis vingt années de l’association qu’ils présidaient ? Un homme et une femme de gauche dont l’engagement au PS signifie qu’ils sont du côté des personnes maltraitées au travail.

Suivre depuis longtemps la vie politique nous a appris qu’il y avait autant de salauds et de gens biens à gauche et à droite et que les beaux discours pouvaient facilement habiller des pratiques peu reluisantes.

Des personnes capables de se livrer à des actes que maître Codognès a qualifié « de harcèlement moral d’une très grande cruauté » sont-ils encore dignes d’être des élus du peuple, des élus de la République ? Oui selon la loi. Mais selon la morale ? Selon l’éthique ? Celui et celle qui ont pu, jour après jour, avec un plaisir sadique dans le cas de M. Mateu, infliger une telle souffrance à leur prochain, ne peuvent pas prétendre être animés par un idéal humaniste et être au service des autres. F.T.

contact : c.politique@orange.fr

Publicités