Néo-nazis dans les P-O : l’annonce médiatique provoque une psychose à Saint-Jacques

L’annonce du débarquement d’une horde néo-nazie dans le département a semé la panique parmi la population gitane du quartier Saint-Jacques.

La tension a tout le week-end régné à Saint-Jacques et plus particulièrement dans la nuit de samedi à dimanche. Bien décidé à défendre le quartier des centaines d’hommes de tous âges, autour de 500, s’étaient rassemblés place du Puig. Nombre d’entre eux étaient en possession de battes de base-ball, de barres de fer, de bouts de bois et autres ustensiles. Les fusils n’étaient pas visibles, mais ils étaient à portée de main. Ils étaient totalement convaincus que les néo-nazis allaient faire une descente dans le quartier et s’en prendre aux gitans et aux arabes.

Le climat était tendu et il aurait suffit d’un incident pour provoquer un drame.

La mystification à laquelle la presse locale s’est livré rappelle les évènements de 2005. Nourri d’approximations, d’exagérations, de rumeurs, la mise en spectacle de l’information avait largement contribué à enflammer les esprits. Les dérapages étaient allés loin. Le soir des émeutes, le correspondant de l’AFP avait sans aucune vérification fait une dépêche annonçant un deuxième mort. Elle avait aussi tôt été relayée par les médias nationaux avant de se répandre dans les rues de Perpignan comme une trainée de poudre. FT

IMG_0502

Publicités