Si les Catalans se laissent plumer…

Comment ne pas rapprocher la décision de réduire la subvention à Visa pour l’image aux propos du président du conseil régional qui, dans un interview au Midi-Libre du 17 décembre 2012, expliquait qu’il déshabillait les autres villes de la région pour donner plus à Montpellier : « L’aéroport, le doublement de l’A 9, la gare Saint-Roch, la future gare TGV, la fédération des universités, la nouvelle fac de médecine, un énorme chantier de 37 M€, le pôle chimie, ma présidence du CHRU… le tout en continuant les projets de Georges Frêche, dont le lycée hôtelier qui porte son nom, le tramway. Il fallait payer 50 M€. Je suis allé collecter de l’impôt partout en région pour cela : à Mende, à Narbonne, à Nîmes… pour payer ces projets à Montpellier. Cela fait 500 M€ d’investissement depuis que je suis là. C’est dire que je suis présent pour la ville. »

Christian Bourquin n’arrête pas de répéter : « Montpellier m’intéresse ». Il a même déclaré : « Mon amour pour Montpellier est très ancien et s’amplifie avec le temps. » Bien sûr !

Bourquin est tout simplement en campagne pour sa réélection à la tête de la région, en 2015.

C’est vrai qu’il soigne Montpellier. Autant que Frêche. Ce qui n’est pas peut dire. Car avec son poids démographique et la forte influence du PS, l’Hérault fait l’élection du président de la région.

En 2010, nous avions calculé les montants des investissements du conseil régional dans les cinq départements de la région lors du premier mandat de G. Frêche. Le résultat par habitant montrait que l’Hérault était le mieux servi et les P-O celui qui avait le moins. Durant cette période, C. Bourquin était premier vice-président chargé des finances.

Après l’annonce de la réduction de la subvention de 18 000 euros à Visa, on n’a pas entendu un politique. Seul le directeur du festival, Jean-François Leroy a réagi :  » Depuis des années, on me dit de renforcer mes actions auprès des jeunes, on a mis en place cette Semaine scolaire où tous les intervenants sont bénévoles et là on nous sucre la subvention qui permet de faire venir les lycéens ? Ça veut dire quoi ? Dès le mois de mai, les scolaires commencent à s’inscrire et on va devoir leur dire qu’on ne rembourse pas leur transport ? On a par exemple un lycée de Montpellier qui avait l’habitude de venir avec quatre cars payés grâce à la subvention de la Région. Comment ils vont faire ? Le fossé entre certains discours et les actes m’attriste beaucoup ». (l’Indépendant du 27 avril).

Puisque les Catalans ne bronchent pas, Bourquin aurait tort de se gêner. F.T.

contact : c.politique@orange.fr

Publicités