Sondage : Pujol en tête, Aliot rejeté par les électeurs du FN

Répondant à la question, « Qui ferait un bon maire de Perpignan ? », l’échantillon de 550 personnes interrogé par l’IFOP pour L’Indépendant a placé Jean-Marc Pujol en tête, largement en tête. 62% pour celui qui, il est vrai, occupe la place de maire. Il est loin devant Christian Bourquin. En seconde position, mais 15 % derrière. Ce n’est pas terrible pour celui qui a présidé le conseil général pendant plus de dix ans, qui est sénateur et président de la région. L’homme politique le plus important des P-O n’atteint même pas la barre des 50%. Ses gamelles judiciaires ?

C’est Louis Aliot qui ferait le moins bon maire, 61 %, d’avis négatifs.

A droite, Jean-Paul Alduy et Romain Grau sont largement distancés par Jean-Marc Pujol et pire encore, très majoritairement rejetés. 57 % des sondés pensent qu’ils ne feraient pas un bon maire. Alduy et son clone ont pris une grande claque. Ils n’imaginaient pas que la côte du maire contre lequel ils mènent depuis des mois un travail de sape soit aussi élevée et la leur aussi basse. Se sentant affaibli, et donc menacé, ils sont, l’un et l’autre, du jour au lendemain, passés de la critique à un soutien total à Pujol.

Voeux Pujol photo mairie_1137bis

A gauche, Ségolène Neuville, Jean Codognès et Jacqueline Amiel-Donat font presque jeu égal, 40%, 40% et 38% de oui. Etre au même niveau que le député et conseillère générale du PS doit combler les deux conseillers municipaux d’opposition de Perpignan.

Pour Jacques Cresta, député PS qui avec 23% de oui se retrouve au fond de la classe avec Romain Grau, le message est clair, les Perpignanais ne veulent pas du porte-clef de Christian Bourquin pas plus que de celui de Jean-Paul Alduy.

Un des principaux enseignements de ce sondage est le rejet de Louis Aliot par les électeurs qui ont voté Marine le Pen à la présidentielle de 2012. Pour 55% d’entre eux, il ne ferait pas un bon maire. C’est le seul à être disqualifié par son électorat. Pour la majorité des électeurs du FN, le clodoaldien n’est pas crédible comme prétendant à la mairie de Perpignan. Les candidats hors-sol, s’en sortent toujours mieux aux élections législatives que municipales. Il est vrai que vociférer tout le temps ça n’aide pas à convaincre les électeurs que l’on a la capacité à gérer les affaires publiques.

Publicités