Une révolution démocratique est plus que jamais nécessaire

Les affaires se succèdent à un rythme impressionnant, à un rythme qui devient intenable pour une classe politique qui a largement perdu la confiance des Français.

François Hollande pouvait-il être celui qui ferait cette petite révolution démocratique si nécessaire ? Oui ! Mais il a reculé à la première bourrasque. Six mois après son élection, il déclarait encore que la loi limitant le cumul des mandats devait être faite avec célérité. Puis les grands élus du PS ont rué dans les brancards et François Hollande a reporté son application à 2017.

La démocratie représentative est un système politique qui ne peut pas se passer de la confiance. Sans confiance, la démocratie s’émiette et puis s’effondre. C’est ce qui est en train de se passer.

Nous ne voulons pas, comme le demande madame Le Pen, la démission du gouvernement, ni la dissolution, encore moins une crise de régime.

Nous qui tenons à la démocratie et qui la considérons comme notre bien le plus précieux, nous n’en voulons pas moins, nous en demandons plus.

Certes, l’histoire nous apprend que les castes préfèrent périr plutôt que de renoncer à leurs privilèges.

C’est au peuple de s’exprimer, de dire qu’il veut une vraie loi de limitation du cumul des mandats, en nombre et dans la durée. Un mandat renouvelable une fois. C’est au peuple de dire qu’il veut des vraies mesures qui permettent de s’assurer de la probité des élus. Ils doivent accepter que leur patrimoine soit contrôlé par une autorité indépendante qui dispose de tous les moyens pour mener sa mission. Ils doivent accepter une totale transparence sur leurs indemnités et les frais qui y sont liés. Comme dans certains pays scandinaves. Tous les documents qui s’y rapportent doivent être consultables par tout citoyen, simplement. Aujourd’hui la loi empêche la communication de tous documents nominatifs.

La révolution démocratique est en marche et ce n’est pas quelques centaines de cumulards qui l’arrêteront.

Publicités