Anticor : Bientôt un groupe local dans les P-O

Après l’Aude et l’Hérault, Anticor s’organise dans les P-O. Le groupe local va très prochainement voir le jour. C’est donc le moment d’adhérer.

Ci-dessous, un texte de présentation. Pour en savoir plus et pour prendre son adhésion, tout est sur le site http://www.anticor.org/

Contre la corruption, pour l’éthique en politique

Anticor nait en 2002 dans un contexte de sursaut politique et citoyen lié à l’accession d’un candidat d’extrême droite, Jean-Marie Le Pen, au second tour des élections présidentielles.

Ce sursaut, les fondateurs d’Anticor le vivent comme une exigence d’engagement non pas partisan mais démocratique. La conviction qui rassemble les membres d’Anticor n’est donc pas celle de porter la voix d’un parti en particulier, mais d’exiger de tous les partis et de leurs élus le comportement irréprochable inhérent à leurs responsabilités politiques, et de la part de tous les fonctionnaires, la probité qu’implique la recherche de l’intérêt général.

L’association Anticor a été créée pour porter et transmettre la conviction que l’on ne doit pas renoncer à réhabiliter l’honnêteté en politique, même si une poignée d’élus confondent leurs intérêts privés et l’intérêt général.
Quelques élus, conduits par Séverine Tessier, venus de tous les partis républicains, décident ainsi de s’unir pour exiger que ces exigences ne soient pas utopiques mais réelles, et surtout exigibles par tous les citoyens.

contact : c.politique@orange.fr

En 2003, des citoyens d’affinités politiques et philosophiques différentes, décident à leur tour de soutenir Anticor en constituant l’association des Amis d’Anticor, qui fusionne bientôt avec Anticor.

Anticor est une association regroupant des élus et des citoyens de toutes tendances politiques, ayant décidé de s’unir pour lutter contre la corruption et pour réhabiliter la démocratie représentative. Des chercheurs, des magistrats, des économistes, des journalistes d’investigation participent aux travaux de l’association à travers ses commissions et son Comité de parrainage.

Ce dernier s’est renforcé avec la venue de Corinne Lepage, Christiane Taubira, Tristan Mendès France… Aujourd’hui, de nombreux élus la soutiennent activement (députés, sénateurs, élus locaux…).
L’association rassemble de nombreux adhérents et sympathisants qui animent en France des groupes locaux au niveau régional et départemental.

Sauvegarder le pacte républicain signifie pour Anticor exiger cette probité, rétablir le rapport de confiance qui devrait exister entre les citoyens et leurs représentants, politiques et administratifs.

Eric Halphen, spécialiste des affaires politico-judiciaires, qui avait notamment instruit à Créteil celle des HLM de Paris en tentant de démêler un réseau complexe de fausses factures soupçonnées de servir au financement occulte du RPR, est le premier magistrat à venir soutenir l’action d’Anticor. Il devient Président d’Honneur d’Anticor.
L’association est également soutenue par d’autres mouvements associatifs, des personnalités politiques et de la société civile, de nombreuses ONG, des écrivains, ainsi que des universitaires.

Anticor fait aussi partie de deux grands collectifs, l’un qui lutte contre les paradis fiscaux et judiciaires, l’autre qui se bat pour la réglementation du lobbying, chacun de ces deux collectifs regroupant lui-même plus d’une quinzaine d’associations et d’ONG internationales. Elle est également membre fondateur de Finance Watch, créé au printemps 2011 par l’eurodéputé français Pascal Canfin, « pour un contrôle citoyen de la finance mondiale ».
Nous avons créé une Charte Ethique qui contient de nombreuses propositions, régulièrement mises à jour et que nous soumettons aux candidats lors des grandes échéances électorales.

Aujourd’hui, Anticor est partie intégrante de la vie associative de notre pays : elle fait entendre sa voix aux colloques sur la corruption, aux Universités d’été de partis et de mouvements, elle fait l’objet de nombreux articles et reportages dans les medias nationaux et régionaux. Elle a également a été auditionnée à diverses reprises par le Sénat, l’Assemblée Nationale et plusieurs organismes officiels (OCDE, Commission Sauvé…).

L’Association s’est constituée partie civile depuis 2009 dans le cadre de plusieurs affaires judiciaires importantes : Pérol, Karachi, emplois fictifs à la Mairie de Paris, sondages de l’Elysée et dépenses de communication de Matignon sous la Présidence Sarkozy. La condamnation de Monsieur Chirac dans le procès dit des emplois fictifs l’a d’ailleurs mise en 2011 sur le devant de la scène.

Publicités