Jacques Cresta ne cumule pas que les mandats

« Christian m’a dit » est le dernier surnom que vient de décrocher le député PS de la première circonscription. Il lui a été attribué par Nicolas Caudeville sur larchipelcontreattaque. Jacques Cresta est aussi surnommé « le porte-clef de Christian Bourquin », par Daniel Mach. Depuis quelques années déjà, Jacques Cresta est ici nommé « Fidel Cresta ».

Le lien entre ces surnoms n’échappera sans doute pas à la sagacité de nos lecteurs.

Cela veut-il dire que Jacques Cresta n’ait pas d’autres talents que d’être la voix de son maître ? Non ! Mais serait-il devenu premier secrétaire de la fédération du PS, conseiller régional, puis député s’il n’avait pas été entièrement dévoué à Christian Bourquin ? La réponse est évidente.

Jacques Cresta joue ces derniers temps son meilleur rôle, celui de porte-flingue de Christian Bourquin. Répondant à Jacqueline Amiel-Donat qui dénonçait le non-respect de la règle interne au PS sur le cumul des mandats, il a déclaré à L’Indépendant  que l’avocate, elle, cumulait les échecs.

Mieux vaut cumuler les échecs au suffrage universel que les condamnations en justice.

PS : En violation aves les règles du PS, Jacques Cresta cumule un mandat de député et un mandat exécutif, celui de vice-président du conseil régional.

Publicités