Les sympathisants de l’UMP plébiscitent l’interdiction du cumul des mandats

Dans un sondage réalisé par Opinion Way pour Le Figaro (4 octobre), il a été demandé à des sympathisants de l’UMP s’ils étaient « D’accord » ou « Pas d’accord » avec un certain nombre de propositions. 88 % d’entre eux se sont déclarés d’accord avec la proposition, « Il faut interdire le cumul des mandats. »

C’est certainement la seule proposition sur laquelle on arrive à un tel niveau d’accord entre les électeurs de gauche et de droite. De leur côté, les grands élus de gauche et de droite se retrouvent unit dans leur commune opposition.

Voilà une nouvelle illustration du divorce entre les Français et la classe politique.

Localement, il n’y a que deux politiques à s’être clairement prononcés contre le cumul. A droite, Jean-Marc Pujol et à gauche Jacqueline Amiel-Donat qui écrit sur son blog : « Le non-cumul des mandats, c’est remettre la politique et le politique dans son sens premier : un contrat établi avec le citoyen où l’élu s’engage à s’investir pleinement et totalement pendant la durée de son mandat pour défendre et mettre en œuvre les mesures qu’il a soumises à leur suffrage. C’est aussi la déprofessionnalisation du personnel politique, le renouvellement des visions, des approches, des idées. C’est enfin un moyen de lutte contre les clientélismes locaux et les réseaux qui biaisent la vie politique locale et ternissent la démocratie, quand ils ne la bafouent pas. Oui, le non-cumul est une nécessité et une urgence ! Le non-cumul, ce doit être maintenant ! Et c’est l’honneur du Parti Socialiste de l’avoir porté avec force. Et ce sera son honneur et la fierté de ses militants et de ses élus de l’avoir voté et de l’appliquer ! » Un message destiné à des centaines de gros cumulards du PS, dont Pierre Aylagas et Christian Bourquin.

Publicités
Publié dans UMP