Hermeline se rebiffe

Les tensions entre, d’une part, Christian Bourquin et son cabinet régional et, d’autre part, Hermeline Malherbe et ses plus proches collaborateurs sont de plus en plus vives. A tel point que Christian Bourquin n’a pas hésité à humilier la présidente du conseil général lors de la Fête de la rose à Canohès. Il a appelé les députés et des élus du PS à la rejoindre sur la scène, mais pas Hermeline Malherbe. Une humiliation publique que la dame a encaissé stoïquement.

Dans cette guéguerre Ségolène Neuville, qui est du côté de Bourquin, n’hésite pas à se répandre en terme peu élogieux sur Hermeline Malherbe.

Les empoignades entre collaborateurs de Bourquin et de Malherbe sont sévères. Les coups bas et les mesquineries pleuvent.

A-t-on sous estimé Hermeline Malherbe ?  En jouant le rôle de la potiche de Bourquin, Malherbe est passée pour une gourde.  Ce qu’elle serait loin, très loin, d’être. Cet avis étant partagé par plusieurs personnes qui connaissent bien la présidente du conseil général, il faut admettre qu’elle est surement plus intelligente qu’elle en a l’air, en particulier quand elle annone un discours creux.

Celle qui faisait la parfaite dévote avec son regard rempli d’admiration pour l’homme de Millas a t’elle bien caché son jeu ? Qui aurait imaginé que moins de deux ans (21 nov. 2010) après avoir été installée à la présidence du conseil général, dans le fauteuil du seigneur et maître, elle serait en conflit avec son mentor et avec l’entourage de ce dernier ? Fabrice Thomas

Publicités