Le score de François Hollande dans les 226 communes des P-O.

C’est à Mantet que François Hollande, 96,15% a fait son meilleur score et c’est à Mont-Louis, 25% qu’il a fait le plus mauvais.

voix              %

Mantet 25 96,15
Casefabre 27 90
Fosse 29 87,88
Nyer 74 87,06
Fontpédrouse 78 86,67
Fillols 123 84,83
Baillestavy 55 82,09
Felluns 30 81,08
Prugnanes 50 80,65
Escaro 72 80
Rasiguères 90 79,65
Pézilla-de-Conflent 39 79,59
Lesquerde 72 78,26
Fenouillet 39 78
Campoussy 46 77,97
Matemale 162 77,88
Nohèdes 42 76,36
Valmanya 29 76,32
Calce 111 74,5
Trilla 42 73,68
Valcebollère 47 73,44
Taurinya 142 72,08
Taulis 23 71,88
Sansa 20 71,43
Ansignan 79 71,17
Tordères 80 70,8
Calmeilles 24 70,59
Lansac 42 70
Le Tech 42 70
Boule-d’Amont 30 69,77
Glorianes 9 69,23
Eyne 65 69,15
Vingrau 234 68,82
Taillet 44 68,75
Py 46 68,66
Sahorre 150 68,49
Railleu 26 68,42
Mosset 142 68,27
Llo 73 67,59
Montferrer 81 67,5
Saint-Laurent-de-Cerdans 412 67,43
Caudiès-de-Fenouillèdes 282 66,98
Serdinya 131 66,84
Coustouges 58 66,67
Souanyas 20 66,67
Rabouillet 53 66,25
La Bastide 33 66
Porta 58 65,91
Dorres 73 65,77
Bouleternère 338 65,76
Los Masos 312 65,41
Angoustrine-Villeneuve-des-Escaldes 238 65,38
Planèzes 51 65,38
Arles-sur-Tech 996 65,35
Tarerach 26 65
Villefranche-de-Conflent 101 64,74
Oms 113 64,57
Enveitg 202 64,54
Corneilla-de-Conflent 171 63,81
Oreilla 14 63,64
Saint-Marsal 35 63,64
Nahuja 33 63,46
Le Vivier 50 63,29
Clara 98 63,23
Corsavy 77 63,11
Caixas 51 62,96
Montalba-le-Château 56 62,92
Passa 231 62,77
Jujols 25 62,5
Prats-de-Mollo-la-Preste 418 62,2
Eus 139 62,05
Codalet 134 61,75
Cerbère 502 61,67
Canaveilles 27 61,36
Rodès 232 61,05
Latour-de-Carol 152 61,04
Latour-de-France 366 60,8
Olette 158 60,54
Casteil 53 60,23
Conat 24 60
Thuir 2646 59,89
Millas 1315 59,75
Vernet-les-Bains 587 59,72
Molitg-les-Bains 77 59,69
Saint-Michel-de-Llotes 117 59,69
Lamanère 31 59,62
Planès 19 59,38
Sauto 38 59,38
Arboussols 51 59,3
Caramany 61 58,65
Fuilla 135 58,44
Prunet-et-Belpuig 14 58,33
Ria-Sirach 461 58,13
Céret 2721 57,92
Palau-de-Cerdagne 110 57,89
Saint-Jean-Pla-de-Corts 703 57,72
Cases-de-Pène 237 57,38
Joch 86 57,33
Bélesta 91 57,23
Castelnou 143 57,2
Marquixanes 151 57,2
Ille-sur-Têt 1725 57,16
Porté-Puymorens 64 57,14
Serralongue 98 56,98
Corbère-les-Cabanes 352 56,87
Estagel 655 56,76
Villelongue-dels-Monts 527 56,61
Montner 92 56,44
Llauro 101 56,42
Osséja 371 56,3
Estoher 59 56,19
Maury 305 56,07
Terrats 229 55,85
Catllar 255 55,8
Réal 30 55,56
Vinça 641 55,5
Maureillas-las-Illas 914 55,46
Montbolo 51 55,43
Fourques 370 55,39
Fontrabiouse 73 55,3
Campôme 47 55,29
Prades 1767 55,18
Saint-Pierre-dels-Forcats 96 55,17
Salses-le-Château 966 55,04
Rivesaltes 2664 54,81
Saint-Féliu-d’Amont 249 54,73
Opoul-Périllos 310 54,67
Cassagnes 80 54,42
Prats-de-Sournia 31 54,39
Saint-Paul-de-Fenouillet 577 54,23
Saint-Martin 27 54
Toulouges 2103 53,13
Puyvalador 44 53,01
Néfiach 371 53
Trouillas 528 52,96
Théza 449 52,95
Saint-Jean-Lasseille 333 52,94
Tresserre 271 52,93
Reynès 430 52,76
Tautavel 292 52,52
Elne 2311 52,45
Banyuls-sur-Mer 1541 52,41
Montescot 538 52,39
Villeneuve-la-Rivière 378 52,35
Llupia 660 52,3
Espira-de-l’Agly 912 52,29
Bolquère 273 52,2
Ortaffa 404 52,06
Bages 1242 52,01
La Llagonne 94 51,93
Sournia 139 51,87
Camélas 129 51,6
Palau-del-Vidre 880 51,49
Banyuls-dels-Aspres 387 51,46
Ponteilla 793 51,29
Perpignan 24841 51,27
Estavar 122 51,26
Peyrestortes 421 50,97
Corneilla-del-Vercol 605 50,93
Amélie-les-Bains-Palalda 1192 50,87
Baixas 782 50,75
Err 164 50,62
Caudiès-de-Conflent 12 50
Urbanya 24 50
Alénya 904 49,86
Corneilla-la-Rivière 538 49,59
Ur 89 49,44
Villeneuve-de-la-Raho 1245 49,31
Saint-Féliu-d’Avall 664 49,29
Canohès 1605 49,16
Le Boulou 1531 49,02
Cabestany 2895 48,94
Villemolaque 310 48,9
Finestret 64 48,85
Saillagouse 275 48,85
Pia 1944 48,82
Saint-Estève 3346 48,8
Sainte-Colombe-de-la-Commanderie 38 48,72
Saint-Nazaire 771 48,61
Saint-André 952 48,55
Vivès 48 48,48
Targassonne 57 48,31
Bourg-Madame 270 48,3
Egat 137 48,24
Corbère 173 48,06
Pézilla-la-Rivière 893 47,88
Claira 1057 47,44
Thuès-Entre-Valls 16 47,06
Torreilles 929 46,92
Villelongue-de-la-Salanque 819 46,85
Le Soler 1953 46,82
Bompas 2125 46,81
Formiguères 124 46,62
Sorède 909 46,54
Sainte-Léocadie 40 46,51
Le Perthus 162 46,42
Saint-Hippolyte 687 46,08
Saint-Laurent-de-la-Salanque 2613 45,94
Trévillach 45 45,92
La Cabanasse 161 45,87
Font-Romeu-Odeillo-Via 521 45,86
Montesquieu-des-Albères 337 45,79
Espira-de-Conflent 43 45,74
Argelès-sur-Mer 3198 45,3
Brouilla 323 45,24
Pollestres 1249 44,99
Sainte-Marie 1347 44,8
Laroque-des-Albères 630 44,74
Collioure 868 44,02
Les Cluses 75 43,86
Port-Vendres 1116 43,73
Ayguatébia-Talau 31 43,66
Baho 804 43,65
Saint-Génis-des-Fontaines 735 43,31
Saint-Arnac 34 43,04
Rigarda 124 42,91
Le Barcarès 1467 41,85
L’Albère 28 41,79
Montauriol 61 40,94
Latour-Bas-Elne 508 40,93
Saint-Cyprien 2745 40,41
Saleilles 1190 39,61
Canet-en-Roussillon 3226 38,98
Les Angles 171 36,31
Vira 10 27,78
Mont-Louis 33 25
Publicités

Bayrou : rien qu’un politicien ?

François Bayrou était peut-être le candidat à la présidentielle qui avait le meilleur programme. Il avait en particulier l’immense mérite de s’attaquer à un sujet dont les hommes politiques ne parlent jamais qu’en termes généraux avec tout au plus des déclarations de bonnes intentions jamais suivies d’effets. « Les abuseurs ne combattront pas les abus », écrivait-t-il dans son livre La France Solidaire. Et il ajoutait, « Il faut les contourner. Seul le peuple souverain aura la force d’imposer sa volonté. Elu président de la République, je convoquerai le 10 juin, en même temps que le premier tour des législatives, un référendum de moralisation de la vie publique ».

Pourquoi François Bayrou n’a-t-il pas mis les deux candidats du second tour au pied du mur ? Lui qui déclarait « Cette moralisation de la vie publique dont tout le monde parle depuis trente ans sans que jamais rien ne change, cette moralisation de la vie publique, je considère qu’il est vital pour la France de la conduire maintenant à son terme…  Ainsi, en quatre semaines et un dimanche, nous règlerons et trancherons ces questions qui demeurent insolubles depuis des lustres et des décennies faute de volonté ».

Pourquoi n’a-t-il pas, en prenant l’opinion publique à témoin, conditionné son soutien à l’adoption, par l’un ou l’autre candidat, de son projet de référendum et ses 12 propositions, sans qu’il soit possible d’y changer une virgule ?

L’acceptation ou le refus, par l’un ou l’autre candidat ou par les deux n’aurait pas été sans conséquence.

En cas d’adoption du référendum par Hollande ou Sarkozy, voire par les deux, c’est à François Bayrou que l’on aurait été redevable d’une avancée démocratique majoritairement attendue par les Français.

Les candidats du PS et de l’UMP auraient eu du mal à justifier un refus qui aurait fait de Bayrou l’homme qui se bat pour moderniser et moraliser les institutions.

A l’échelle d’un territoire, ou à l’échelle de la nation, le véritable homme politique, c’est celui qui porte des projets pour améliorer la société et qui fait tout pour qu’ils soient mis en œuvre.  Les autres ne sont que des politiciens uniquement utiles à eux-mêmes.

 

PS : Parmi les 12 propositions:  un gouvernement de moins de 20 ministres, interdiction du cumul des mandats pour les députés dès le mois de juin, délégation de vote supprimée et présence obligatoire des députés pour voter les lois, reconnaissance du vote blanc à toutes les élections, interdiction de retour à la vie publique pour les élus condamnés pour corruption.

De l’art d’utiliser le Front National et le vote des étrangers…

Il aura été, entre les deux tours, beaucoup question du droit de vote des étrangers aux élections municipales.

Quelques semaines après avoir obtenu la majorité au sénat, fin 2011, la gauche s’est empressée de voter une loi accordant le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Une hâte qui contraste avec la prudence dont elle faisait preuve quand elle était aux affaires.

Voilà plus de 30 ans que cette proposition est inscrite dans les programmes électoraux du PS. Si la gauche l’avait mise en place, on n’en parlerait sans doute plus aujourd’hui.

Partant du principe qui n’est plus à démontrer, que la politique c’est tout, sauf de l’angélisme et qu’en matière politicienne les socialistes sont des orfèvres, il faudrait être bien naïf pour croire que cette mesure viserait principalement à favoriser l’intégration des étrangers.

Les stratèges du PS savaient parfaitement qu’avec cette proposition, ils allaient amener la question de l’immigration, des étrangers, au cœur du débat de l’élection présidentielle. Les conséquences sont bien connues. C’est du pain béni pour le Front National qui y est farouchement hostile. Dans un deuxième temps, au second tour, la droite est quasiment obligée de s’en emparer pour récupérer les suffrages des électeurs du FN. Et le piège se referme. Comme il est ensuite facile à la gauche et à la presse de montrer l’UMP courant après le FN. Ce qui pousse une partie des électeurs centristes vers le candidat qui lui apparait être le plus modéré.

Lors du débat avec Nicolas Sarkozy, François Hollande s’est montré déterminé à faire adopter la loi accordant le droite de vote aux extra européens afin qu’elle soit effective pour les municipales de 2014.  Il s’est même déclaré prêt à aller jusqu’au référendum dans le cas où les 3/5 des parlementaires ne voteraient pas la modification de la constitution.

S’il est élu, François Hollande aura deux bonnes raisons d’aller jusqu’au bout. Maintenir un clivage politique qui donne l’impression que la droite et l’extrême-droite sont proches et gagner des électeurs.  Plusieurs études montrent en effet qu’à l’exception des originaires d’Asie, les Français d’origine extra européenne préfèrent très nettement la gauche. La très faible inclinaison à droite interroge d’ailleurs les chercheurs. Ils ne l’expliquent pas.

1,8 millions d’étrangers seraient concernés et auraient, en 2014, la possibilité de s’inscrire sur les listes des élections municipales et voter. En 2012, on compte 46 millions d’électeurs. L’apport des nouveaux inscrits ne sera pas négligeable, en particulier dans les communes où la population étrangère est élevée.

On comprend mieux l’importance que le PS accorde au vote des étrangers aux élections municipales.

François Hollande ne cherche pas, comme il le prétend, à rassembler les Français, il défend une mesure dont il n’ignore pas qu’elle accroit les tensions qui parcourent la société française.

Politicien habile à la manœuvre, ce bon élève de Mitterrand sait faire bon usage du Front National.

Parmi les nombreux écrits sur l’irruption du Front National au début des années 1980, on peut citer la biographie que Franz-Olivier Giesbert a consacré à François Mitterrand en 1990 : « En faisant ouvrir toutes grandes les antennes de la radio-télévision d’Etat au Front National, avant les élections européennes de 1984, il a assuré son lancement. En instituant, en 1985, un nouveau mode de scrutin, la proportionnelle, il a permis à l’extrême-droite de constituer un groupe parlementaire à l’Assemblée Nationale.  En agitant ensuite le chiffon rouge de la participation des immigrés aux élections locales avant la plupart des échéances électorales, notamment la présidentielle de 1988, il a permis à l’extrême-droite d’accroitre son audience. »

Et FOG poursuit, « Sur les calculs et les arrières pensées du président, le doute n’est guère permis. Il ne s’est jamais laissé aller à la confidence sur la question. Mais ses hommes ont, parfois, cassé le morceau. En petit comité, cela va de soi. “On a tout intérêt à pousser le Front National, disait un jour Pierre Bérégovoy. Il rend la droite inéligible. Plus il sera fort, plus on sera imbattables. C’est la chance historique des socialistes.“(entretien avec l’auteur le 21 juin 1984). »

L’UMP a de très bonnes raisons, qui ne sont pas qu’électorales, de s’opposer au vote des étrangers aux élections municipales. Mais elle aurait tout intérêt à le faire avec des arguments qui la différencie fortement de l’extrême-droite. Et pas avec des idées outrancières comme on en trouve dans le communiqué de la Droite Populaire : « Ce droit de vote condamnerait un grand nombre de communes en zone urbaine à vivre sous le diktat de puissances étrangères. Ce sont les raisons pour lesquelles nous appelons tous les patriotes à faire barrage au parti socialiste et à l’extrême gauche. »

L’écrasante majorité des électeurs du FN ne sont pas des extrémistes. C’est pourquoi ils ne peuvent que s’interroger sur les choix de la famille Le Pen. Pourquoi préfère t’elle l’élection du candidat du PS, celui qui va instaurer le vote des étrangers aux élections municipales au candidat qui y est opposé ?

L’extrême-droite est bien le meilleur atout électoral du PS !  Et n’oublions jamais que c’est François Mitterrand qui a, par pur calcul politicien, a fait revenir dans le jeu politique une extrême-droite qui en avait été écartée en 1944.