José Puig, capitaine du sous-marin de Christian Bourquin

José Puig, maire de Claira, conseiller général de la Salanque siège dans la majorité de gauche de l’assemblée départementale. Normal puisqu’il a été élu avec le soutien clairement affiché du PS.

Mais voilà qu’il se présente aux élections législatives en proclamant haut et fort qu’il est candidat du centre droit. Et pour que cela soit plus convaincant, il prend une suppléante, Nathalie Pineau, qui est première-adjointe au maire UMP de Saint-Cyprien et elle-même adhérente à l’UMP.

A quoi joue José Puig ?

Il n’a, cette fois, pas voulu de l’investiture du Modem. Curieux pour quelqu’un qui  se targue d’être dans les P-O, le plus ancien ami de François Bayrou.

Mais après l’appel du patron du Modem à voter pour François Hollande, le positionnement centre droit de José Puig risquait d’être brouillé. Hors, José Puig y tient beaucoup car il court après l’électeur de droite qui pourrait voter pour Fernand Siré. Voilà son objectif, torpiller Fernand Siré.

Le calcul est évident. Que ceux qui en doutent s’interrogent sur la position que José Puig prendra au second tour.

Peut-on une seconde imaginer que celui qui est devenu conseiller général grâce au PS  et qui siège avec le PS appelle, au soir du premier tour, ses électeurs à faire élire le candidat de l’UMP ? Bien sûr que non.

Mais que vient faire la première-adjointe UMP de Saint-Cyprien dans ce coup tordu qui ne vise qu’à affaiblir la droite et à faciliter l’élection d’une députée Bourquiniste ?

Il est difficile de croire que Thierry Del Poso, qui pendant des mois a fait du lobbying pour obtenir l’investiture UMP à la place de Fernand Siré ne soit pas associé à la manœuvre pour couler ce dernier. Ce n’est pourtant pas en tirant contre son camp que le dépité maire de Saint-Cyprien va redorer son blason bien terni.

Voilà de la grande politique servant de fortes convictions et de nobles objectifs au service de l’intérêt général !

Publicités