JPA courtise les maires de la 2ième circonscription avec les moyens de la mairie.

Comment un vieux routier de la politique comme Jean-Paul Alduy a-t-il pu inviter une quinzaine d’élus, dont une dizaine de maires, de la deuxième circonscription à se restaurer et à assister au match USAP-Bayonne dans la loge payée par la mairie de Perpignan dont il est premier adjoint ?

Qui ne sait pas que Jean-Paul Alduy ne veut pas terminer sa vie politique nationale sur sa défaite des sénatoriales ? Qui ne sait pas qu’il rêve de devenir le député de la deuxième circonscription ? Le caractère électoral de son opération de relations publiques est plus qu’évident.

JPA n’est pas parvenu à imposer son nom sur la deuxième circonscription lors des négociations entre l’UMP et le PR. Mais il n’a pas renoncé. En cas de victoire de Nicolas Sarkozy auprès de qui il fait campagne, Jean-Louis Borloo aura des exigences pour les législatives. Le Parti Radical n’a que 20 députés sortants alors que l’UMP en a plus de 300. Voilà le contexte dans lequel le Parti Radical pourrait revendiquer la deuxième circonscription des P-O et Alduy y être le candidat investi par le PR et l’UMP à la place de Fernand Siré.

Les preuves de l’utilisation, totalement prohibée par le code électoral, des moyens d’une collectivité territoriale sont fournis par Jean-Paul Alduy  lui-même. Il a publié les photos et les noms de ses invités VIP sur facebook.

En cas de contentieux électoral, les adversaires d’Alduy ne se priveront pas d’utiliser cette invitation aux frais du contribuable.

« Avec Théophile Martinez, Jean-Claude Delseny,Francis Legentil,  Guy Calvet, Jacques Paris, David Bret,  Pierre Roig, Jean-Claude Médina, Bernard Foulquier, José Lloret, Michel Montagne, Alain Got, Ange Léon et Jean-Luc Garrigue. »

« Avec Théophile Martinez et Thierry Del Poso, à stade Aimé Giral »

« Avec Francois Rallo, Pierre Roig et Jean-Claude Torrens, à Stade Aimé-Giral. »

Cet article a été modifié le 6 avril. Nous avions par erreur indiqué que JPA avait utilisé la loge de l’agglo Perpignan-Méditerranée alors que c’était celle de la mairie de Perpignan.

Publicités