Raymond Faura et l’art de tirer la couverture à soi

Dans un tract dont il a arrosé la 1ière circonscription, Raymond Faura, candidat sans étiquette, joue, à son avantage, la carte du soutien à François Hollande en annonçant : « Faura/Hollande contre Mach/Sarkozy » … « Voter Raymond Faura, c’est voter François Hollande ».

Raymond Faura à un slogan qui lui va comme un  gant. « L’Audace à gauche ».

Le jeune chef d’entreprise est membre du Parti Radical de Gauche de Baylet, mais il n’en est pas le candidat. Rappelons que le MRG est presque une filiale du PS. Il est principalement implanté dans le Sud-Ouest et surtout dans la zone de diffusion de La Dépêche, quotidien régional dont Baylet est le patron et le propriétaire.

Interrogé sur son positionnement, Raymond Faura explique : « J’apporte mon soutien à François Hollande sur une circonscription où il n’y a officiellement pas de candidat pour François Hollande. Il y a un candidat de la gauche marxiste et communiste qui n’a rien à voir avec François Hollande qui est plutôt, comme moi, du centre gauche. »

Le candidat insiste fortement sur le fait que le MRG est le plus proche partenaire du PS. Bien plus proche que le Front de Gauche et il précise : « Je suis tout à fait légitime à soutenir François Hollande puisque François Hollande n’a pas de candidat ».

Avec cette rhétorique un peu alambiquée, il semble vouloir dire qu’il est le candidat naturel de François Hollande.

Le candidat fait ses choux gras d’une situation un peu compliquée. La circonscription a été gelée par le PS national. Elle pourrait en effet être abandonnée au Front de Gauche. La situation sera clarifiée après les présidentielles. Elle dépendra beaucoup du score de Mélanchon. Plus le score de ce dernier sera important et plus il revendiquera de circonscriptions en plus de celles dont le député sortant est communiste.

S’il n’y avait pas d’accord, c’est le tandem constitué de Fidel Cresta, premier secrétaire de la fédération du PS, et de Jean Roque, premier-adjoint au maire de Toulouges, qui porterait les couleurs du PS.

Raymond Faura n’aura un espace politique et une carte à jouer que si la circonscription va au FDG et à son candidat, Jean Vila, suppléé par Nicole Gaspon. Il sera, dans ce cas là, « Le seul candidat de centre gauche ».

Raymond Faura est décidé : « A priori j’irai jusqu’au bout. S’il y  a besoin que je me retire pour que la droite ne gagne pas sur la circonscription, on verra on en discutera. Je ne suis pas trop pour les négociations en coulisses pour obtenir quelque chose. En tous cas personnellement je ne recherche rien, à part défendre les idées de centre gauche et de mon parti et de Hollande. »

Publicités