Marine Le Pen à Vienne au bal des corporations : Chassez le naturel, il revient au galop

Lors de son meeting à Perpignan, Marine Le Pen a répondu à ceux qui l’accusaient d’avoir, 48 heures plus tôt, été à Vienne à un bal organisé par des nostalgiques du 3 ième Reich. Elle y était l’invitée d’un parti d’extrême-droite, le FPÖ.

Devant les nombreux journalistes de la presse nationale qui avaient fait le voyage à Perpignan, la présidente du Front National a joué de l’éternelle rhétorique de l’extrême-droite en utilisant la victimisation et l’accusation : « Ces adversaires, regardez où ils en sont pour tenter de freiner le bon sens que nous représentons. Certains font preuve d’une obsession absolue. Il n’y a pas un seul discours dans lequel ils ne parlent pas de Marine Le Pen… Ils sont obnubilés par la recherche des moyens à me trainer, à me déstabiliser par des insultes de plus en plus basses, de plus en plus vulgaires, de plus en plus graves. Ils en arrivent tout simplement à perdre la tête. C’est ainsi qu’invitée par l’un des partis qui est aujourd’hui le premier parti en Autriche, le FPO de notre ami Heinz-Christian Strache, au bal de Vienne et bien un certain nombre d’associations, SOS Racisme (copieux sifflets de la salle) sont venus nous expliquer que nous étions allés à un bal de néo nazis. Ecoutez franchement, il y a quand même des limites à l’insulte et à la diffamation. L’extrême gauche autrichienne, comme l’extrême gauche française, essaient d’obtenir par la haine et par la violence ce qu’elles n’arrivent pas à obtenir dans les urnes. L’extrême gauche autrichienne manifeste, la belle affaire ! L’extrême gauche française aussi passe son temps à manifester. Contre nous d’ailleurs en général. Ils manifestent contre ce bal et contre d’autres. Vous verrez lundi ils manifesteront contre le bal des chasseurs. Ces bals traditionnels ils sont la représentation de la part des Viennois du respect pour la tradition. Et bien nous aussi, nous aimons la tradition. Chers amis je veux que vous sachiez que je ne vous laisserai pas insulter. On dit Marine Le Pen est celle qui fait le plus de procès. Mais Pourquoi ? Mais parce que Marine le Pen est la seule à être insultée comme ça. »

La fine fleur de l’extrême-droite

« Tradition » ? Marine Le Pen donne une explication un peu courte. Sur son blog, Jérôme Ségal, chercheur en sciences sociales à Vienne, explique ce qu’est ce bal : « En Autriche, la tradition des bals témoigne d’une splendeur passée, liée à l’Empire austro-hongrois. Il y a le Bal de l’Opéra bien sûr – le plus connu –, mais aussi le Bal des chasseurs, le Bal des juristes, des médecins, des sous-officiers… et encore, depuis 1952, celui de la Fédération des corporations pangermanistes (‘Burschenschaften’) qui regroupe chaque année la fine fleur de l’extrême droite européenne. Historiquement, ces associations liées aux universités ont joué un rôle positif dans l’unification de l’Allemagne (1871) et dans la défense de la liberté d’expression. Seulement, avec la montée du nazisme, la plupart d’entre elles se sont mises au service du grand Reich… et en ont conservé l’idéologie ! »

Provocation antisémite

L’Express a interviewé Johann Gudenus, chef du groupe FPÖ à Vienne et membre de la corporation estudiantine Vandalia qui était présent au bal de vendredi. L’hebdomadaire précise que le père du jeune homme qui défend Marine le Pen a, en 2006, été condamné pour négationnisme. Johann Gudenus estime que l’extrême-droite est victime d’une stigmatisation. Plusieurs milliers de manifestants ont en effet protesté contre la tenue de ce bal. Selon le quotidien autrichien Der Standard, dont des journalistes ont infiltré le bal en se faisant passer pour des sympathisants, Heinz-Christian Strache a comparé l’ambiance dans lequel s’est tenu le bal des corporations à « la Nuit de cristal », proclamant: « Nous sommes les nouveaux juifs. » Un style provocateur bien propre à l’extrême-droite.

« Bal immonde »

A chaque fois qu’un journaliste ou une organisation évoquent ses fréquentations avec certains milieux où la personnalité sulfureuse de membres de son entourage, Marine Le Pen brandit la menace de diffamation. Wallerand de Saint-Just, avocat de Marine le Pen a selon un communiqué du Front, « déposé dès lundi une plainte contre ces associations qui lui imputent d’avoir participé à un « bal immonde de nostalgiques du troisième Reich ».

Si l’on se réfère à des sources sérieuses, dont l’enquête de Blaise Gauquelin, publie dans L’Express (site internet de l’hebdo) sous le titre « Les cercles de l’Autriche Ultra », la réalité serait bien plus proche du communiqué de SOS Racisme que de l’explication de Marine Le Pen. http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/les-cercles-de-l-autriche-ultra_754439.html

L’antisémitisme au bout des lèvres, Jean-Marie Le Pen qui a été, il y a quelques années l’invité d’honneur de ce bal, a déclaré : « « J’ai moi-même assisté à cette magnifique manifestation qui retrace d’ailleurs le Vienne du XIXe siècle, c’est Strauss, sans Kahn si vous voulez » ». Cela semble être une “fine“ allusion au fait que les corporations seraient interdites aux femmes et aux juifs. Réponse de Marine le Pen, « C’est une plaisanterie, un trait d’humour ».

Sordide calcul politicien

Mesurant, mais un peu tard les dégâts que pourrait causer cette affaire, en particulier pour collecter les signatures qui lui manque pour être candidate à la présidentielle, Marine Le Pen a le 1 février, déclaré : « Le nazisme fut une abomination. Il m’arrive de regretter de ne pas être née à cette période, pour avoir pu le combattre ». Si la présidente du FN pensait ce qu’elle dit elle éviterait d’avoir certaines fréquentations.

Un certain nombre d’hommes politiques et de journalistes de gauche proclament que le FN est un parti républicain, ils nous disent que c’est le parti qui défend la laïcité (Il s’est pourtant opposé à la loi sur les signes religieux à l’école et à la loi contre la burqua). Ils participent ainsi activement à la normalisation du parti d’extrême-droite. Cela avec un but précis, lui permettre de prendre un maximum de voix à l’UMP.

La gauche, sauf le Front de gauche, mène de pair une stratégie de normalisation du FN et de diabolisation de l’UMP. Un jeu politique dangereux.

PS : A propos de celui que Marine Le Pen nomme « notre ami » , quelques lignes d’un brève parue dans le Monde du 29 janvier: « Faut-il laisser le chef du Parti de la liberté (FPÖ), Heinz-Christian Strache, porté par les sondages, accéder au poste de chancelier, et faire comme si le FPÖ était pareil aux autres partis autrichiens ? Le directeur du quotidien conservateur Die Presse, Michael Fleischhacker, suggère qu’un tel tournant n’aurait rien de catastrophique. M. Strache « est un ancien néonazi, mais c’est un brave garçon qui ne va pas déclencher une nouvelle guerre mondiale ». Tout est préférable, selon lui, à la paralysie de la grande coalition actuelle entre sociaux-démocrates et conservateurs.Les critiques n’ont pas tardé. Beaucoup lui rappellent que le passage de l’extrême droite au gouvernement s’est traduit par l’incompétence et la corruption. »

Publicités